mardi 25 avril 2017

Billevesées

Voilà deux planches en acrostiche que j'avais commencées depuis bien longtemps, et que je n'avais jamais pris le temps de terminer. Maintenant c'est fait, même si, comme souvent quand je reprends quelque chose que j'avais laissé entre parenthèses, le résultat me laisse plus d'amertume et de déception qu'autre chose.





Ensuite, encore quelques dessins de modèle vivant que je n'avais pas postés. J'aime vraiment bien le premier, ce qui est assez rare pour être dit.




Et pour finir, un dessin réalisé pour un de mes cousins, qui m'a demandé de faire quelque chose d'après la devise de Paris, "Fluctuat nec mergitur". Il est parisien et très fier de sa ville. Après tout, pourquoi pas : c'est pas plus con qu'autre chose. Moi, par exemple, je suis fier de mes grains de beauté, surtout celui que j'ai sur la joue gauche. Il faut dire que le grain de beauté, c'est une image récurrente dans la poésie persane, qui a un sens mystique et symbolique. 
Ce qui n'empêche que j'aurai l'air bien con si l'un des miens se transforme en mélanome et que j'en crève. 




1 commentaire:

  1. Les deux planches sur l'apocalypse sont absolument superbes. Je ne vois pas pourquoi tu as de la déception ; après, qu'elles te laissent de l'amertume… disons que ça serait troublant que l'Apocalypse te laisse rempli d'allégresse : ;-)

    RépondreSupprimer