lundi 21 octobre 2013

Amour et chagrin

Les deux dernières images de la série des sentiments. L'amour, ainsi qu'une version à la gouache, plus enfantine, du chagrin. Je reprendrai peut-être ce thème des sentiments un jour, mais si c'est le cas je crois que je continuerai plutôt à la carte à gratter. Les versions à la gouache avaient surtout pour but de m'aider à voir comment je pouvais faire des illustrations plutôt destinées aux enfants, sans être niais, mais sans non plus les préparer à vingt ans de psychanalyse. Ben c'est pas facile du tout. 
Là, j'entame tout doucement un projet jeunesse (à la gouache, toujours) en essayant de mettre en pratique les quelques petites choses que je crois avoir comprises grâce à cet exercice. Et puis en parallèle, de la BD et de l'illustration à la carte à gratter ainsi que des tentatives en linogravure.
Bon, j'y retourne car je suis charrette comme je ne l'avais pas été depuis un bon moment. Ça m'aurait presque manqué.



4 commentaires:

  1. Aaahhh !!! Enfin, les influences que je recherchais sont ici présentes (semble-t-il !) de façon explicite : la magie du dessin c'est de pouvoir faire référence dans une seule et même forme à une planche anatomique ancienne et à un branchage. C'est vrai que deux des dimensions de ce sentiment relèvent tantôt de la science, tantôt d'une symbolique que je ne saurais définir. C'est curieux les petits vaisseaux interrompus par la limite invisible du contour de la figure...celle, par la même occasion, de l'amour ? Et puis ces petits oiseaux, qui sautent aux yeux une fois qu'on les a repérés alors même qu'ils restaient à première vue cachés !

    RépondreSupprimer
  2. Ah oui, c'est vrai qu'on retrouve l'inspiration scientifique dont tu parlais. Je ne m'en étais même pas rendu compte...

    RépondreSupprimer
  3. Non mais peut-on m'expliquer pourquoi j'ai pas vu ces deux dessins avant, hein, le peut-on ? Les deux sont très réussis, avec une préférence pour l'exubérance de l'amour.

    RépondreSupprimer